A Cabourg, les acteurs du Tourisme social et solidaire se sont penchés sur le rôle des vacances dans l’accompagnement des personnes âgées dans le « Bien Vieillir ».

Il est communément admis que la retraite est un temps rêvé pour profiter, partir, voyager… Pourtant, cette période de la vie, qui est de plus en plus longue, est aussi marquée par l’entrée dans une certaine forme de dépendance. Moins d’argent, des soucis de santé, un peu moins d’autonomie, la perte de sa moitié…

Autant de moments difficiles et inéluctables qui conduisent peu à peu, ceux que l’on appelle les seniors, à ne plus partir. Selon une étude de la CCAS reprise par Santé publique France, 24 % des 65-75 ans interrogés ne partent pas ou plus en vacances pour des raisons de santé.

Pourtant, selon Florence Herman, doctorante en sociologie de la vieillesse, les vacances ont des spécificités qui présentent un vrai intérêt. Elle a ainsi étudié l’impact de courts séjours de vacances sur des personnes âgées résidant en Ehpad  (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

A l’issue de ces séjours de vacances, Florence Herman constate ainsi que les seniors redécouvrent leurs propres capacités à affronter la vie, en dehors du quotidien très sécurisé de l’Ehpad. De même, le personnel soignant de l’Ehpad ou la famille accorde aussi dans ce cadre des vacances un regard nouveau à la personne âgée.

Florence Herman l’explique : « Les vacances déplacent les personnes et le temps pour vivre d’autres choses » que le quotidien, et permettent ainsi « d’aller à la rencontre de l’autre ». Ces moments sont donc des occasions privilégiées de socialisation, de connexion avec la vie.

Alors les vacances, gage de longue vie ?

Certes. Mais partir, lorsque l’on entre dans le cadre de la dépendance, peut paraître insurmontable. C’est pour cela que des programmes sociaux ont été créés, notamment après l’été 2003, lorsque les désastres de la canicule ont révélé l’isolement de nos aînés.

C’est le cas de l’opération Part’Âge créée par l’Association de Vacances de la Mutualité Agricole (AVMA) et qui s’appuie  sur le dispositif Seniors en Vacances de l’Agence Nationale des Chèques Vacances (ANCV).

Au sein des villages vacances de la Mutualité agricole, les séjours Part’Âge organisent le départ en vacances des résidents du réseau des Maisons d’accueil et de résidence pour l’autonomie (Marpa) en assurant leur accompagnement par des jeunes en formation dans le secteur de l’aide à la personne.

« C’est quelque chose de formidable », témoigne Claude Laurent, président des Marpa de l’Ain, qui apprécie notamment la double finalité : sociale pour les aînés, pédagogique pour les jeunes.

Il avoue pourtant que « ce n’est pas si facile que cela de monter ce genre de séjour. » Il faut un minimum d’encadrement, et surtout surmonter les réticences : des familles, des soignants et des personnes âgées elles-mêmes.

Pas si facile, au point que l’AVMA n’hésite pas à s’emparer de codes et de techniques relevant du marketing et employés par les spécialistes de la Silver Economie.

Frédérique Aribaud, directrice de l’Agence SeniorAgency et spécialiste en marketing « seniors » l’assure : dans le tourisme social et solidaire il se fait « des choses formidables qui méritent d’être mieux connues ». « Et ce n’est pas qu’une question de moyens, mais bien de logique, d’énergie et d’opportunité », ajoute Frédérique Aribaud.

Et quoi de plus efficace que d’utiliser les techniques de communication du marketing. Cibles, produits, adéquation offre / demande, politique tarifaire… Voilà des termes et techniques, « qui fonctionnent aussi une fois transposés dans une dynamique sociale » assure Anne-Marie Grallet, la présidente de l’AVMA.